Microstor


Histoire de l’iPod : dépassé ou encore au goût du jour ?

 

De nos jours, l’iPhone et l’iPad sont l’Alpha et l’Omega des ventes d’Apple. Mais jusqu’à leurs sorties respectives, c’était l’iPod qui était le produit phare de la marque.

2001 fut une grande année pour les sorties technologiques grand public et notre façon d’écouter la musique est en train de changer.

Les ventes de disques sont en chute libre excepté les CD vierges avec plus de 320 millions de ventes aux Etats-Unis en 2000. Les gens aiment la musique elle fait partie de la vie de chacun.

Ainsi, La société Apple l’a bien compris et sort son logiciel iTunes permettant de ranger sa bibliothèque musicale facilement. Ne trouvant pas de baladeur satisfaisant pour l’associer à son logiciel, la firme décide de créer son propre lecteur.

C’est donc le 3 novembre 2001 que la version 2.0 du logiciel itunes nécessaire pour la gestion de l’iPod est disponible sur le site web Apple.

Une semaine plus tard, l’iPod voit le jour dans les rayons et dans l’Apple Store avec son design léger et sa façade blanche

 

1. PREMIER IPOD, PREMIÈRES VERSIONS

 

L’iPod est voyant et discret à la fois. Pas de bouton encombrant, une molette permet de choisir ses morceaux préférés facilement.

L’appareil dégage une impression de sérieux et de pureté par rapport au baladeur existant. Il nous permet d’écouter notre musique préférée pendant plus de 10 heures. Vendu 400 dollars à l’époque, il permet de stocker plus de 400 chansons.

En outre, vous pouvez l’aimer ou le détester mais on doit beaucoup à l’iPod original. Son apparence un peu trapue ne ferait sans doute pas l’unanimité aujourd’hui, mais sans lui, il n’y aurait pas eu d’iPod nano, pas d’iPod touch, sans parler de l’iPhone ou de l’iPad.

Tous les appareils d’Apple sont tributaires de ce précurseur.

En 2002, une nouvelle version est rapidement présentée qui permet de le brancher sur PC.

Moins d’un an après, plus de 700 000 iPods sont vendus. Puis en 2003, la gamme s’élargit avec un iPod de 30 GB maximum et l’iPod redessiné qui laisse place à un connecteur unique.

Après de nombreuses négociations avec l’état majeur, l’iTunes Music Store apparaît en 2003 permettant d’acheter une chanson en ligne pour moins d’un dollar.

Apple espérait vendre plus d’un million de titres en 6 mois, l’objectif est atteint en 6 jours.

Le cap du million d’appareils vendus est passé, la marque lance sa nouvelle campagne publicitaire. Le lecteur n’est pas encore très connu, plutôt que présenter l’appareil, Apple préfère illustrer le lien de l’utilisateur qui le lie à la musique. Le succès de ces publicités apporte un nouveau souffle à l’image de la marque.

 

2. IPOD MINI, LA DEUXIÈME GÉNÉRATION 

Quelque temps après apparaît l’iPod Mini. C’est le modèle qui a lancé la tendance à la diminution de la taille des iPods, sa gamme colorée et son prix plus abordable séduisent un large public.

Le début du style Apple.

C’est la rupture de stock pendant plusieurs mois, il s’en vendra le double de ce prix sur eBay. L’appareil devient un phénomène de société. Les stars se montrent avec le baladeur, il rentre au musée comme audioguide et « Levis » adaptera même la forme de ses poches pour que l’iPod s’y glisse.

 

3.IPOD SHUFFLE

Pour concurrencer les lecteurs bon marché, la marque crée en 2005 l’iPod Shuffle.

Dépourvu d’écran, le baladeur choisit les titres au hasard. Il est vendu avec un cordon pour pouvoir le mettre autour du cou.

En 2009, la troisième génération d’iPod shuffle est sans doute le produit Apple qui aura connu leu moins de succès. Cette génération sur le moment déjà quasi obsolète, n’avait pas de boutons physiques. On ne pouvait la contrôler que grâce à la télécommande sur les fils des écouteurs ou à la fonction Voice Over. Une grosse régression comparée aux modèles de deuxième génération.

Avant tout ça, en 2004, Steve Jobs fait la une du journal Newsweek avec le nouveau design de l’iPod qui est encore plus épuré. Ce modèle populaire connaîtra plusieurs versions jusqu’à l’arrivée fin 2005 du très attendu iPod vidéo. 

 

4. IPOD VIDÉO

 Toujours plus fin, son écran s’agrandit et le contenu vidéo fait son apparition sur iTunes. De la vidéo, sur un iPod, cela nous paraît peut-être banal aujourd’hui, mais en 2005, c’était une petite révolution. L’appareil est toujours plus mince et léger. En plus des version 30 Go et 60 Go, une déclinaison 80 Go est lancée. Un iPod sixième génération de 160 Go est même mis sur le marché.

 

5. AU REVOIR L’IPOD MINI, BONJOUR L’IPOD NANO

Alors que l’iPod mini représente la moitié des ventes de la marque, il est remplacé par l’iPod Nano. Ce baladeur miniature sera le plus grand succès de la marque. Il se vendra plus de 43 millions d’iPod en 2006. Cependant, le premier iPod Nano avait de l’idée mais aussi quelques limites : il n’avait qu’un petit gigaoctet de mémoire, se rayait facilement et n’était disponible qu’en noir ou blanc. La deuxième génération d’iPod Nano possède 7 coloris, une coque en aluminium le rendant plus résistant et possède dès le départ deux fois plus de mémoire. Bref, comme un iPod Mini mais super fin.

Les modèles concurrents qui sont annoncés comme des « iPods killers » sont peu à peu retirés du marché faute de ventes. Cependant, les imitations d’iPod inondent le marché et trouvent preneur à bas prix. L’année suivante, le PVC blanc de la marque est remplacé par du métal plus écologique.

En 2010, la sixième génération d’iPod nano constitue un nouveau départ pour Apple. Il abandonne la molette cliquable et l’écran large au profit d’un écran tactile carré. Beaucoup ont crié à la régression mais cette évolution de l’iPod nano reste incontournable car elle préfigure l’Apple Watch.

 

6. IPOD TOUCH, ” ITOUCH’ “

2007 est surtout l’année de l’arrivée de l’iPhone. La firme présente l’IPod Touch, un iPhone dénoué de sa fonction principale qui séduit le jeune public. Le premier iPod touch a préparé la transition pour un monde post-iPhone. Sorti le 5 septembre 2007, l’iPod touch (affectueusement surnommé « iTouch ») était à ses débuts une version plus fine de l’iPhone original qui ne faisait ni téléphone, ni appareil photo.

L’iPod touch était le premier iPod avec un écran tactile et le Wi-Fi. Avec la sortie de l’App Store, il est devenu une formidable console de jeu.

 

 

En août 2010, les ventes d’iPod atteignent les 275 000 000 d’exemplaires tous modèles confondus, ce qui en fait le baladeur numérique le plus vendu au monde. Ce succès s’est accompagné de la formation d’un « écosystème de l’iPod », où des compagnies tierces vendent toute une série d’accessoires destinés aux baladeurs d’Apple.

 

 

La fin d’un cycle :

L’iPod à la renommée classique est peu à peu délaissé par la firme américaine face au succès du smartphone. Si l’ère de l’iPod est révolue avec plus de 500 millions d’exemplaires vendus à travers le monde. Le baladeur aura su marquer son époque. Il reste cependant aujourd’hui le meilleur compagnon des mélomanes.

Aujourd’hui, Apple continue de vendre des iPods mais ils ne sont plus au centre de son marketing. La preuve, en janvier 2004, date à laquelle Apple a arrêté de produire l’iPod Classic, Tim Cook l’exprimait lui-même : « l’iPod est un business en déclin. » et avec le site Internet de l’entreprise : les baladeurs sont désormais cachés dans la section « Musique ».

Dès maintenant, vous pouvez retrouver chez Microstor les derniers iPod Touch, à partir de 259 euros. 

Il faut bien se rendre à l’évidence, l’iPod est voué à disparaître, remplacé par les smartphones, les objets connectés et Apple Music. Cet objet, une vraie « révolution » à l’époque, pour le coup, mérite bien une oraison funèbre.